À propos

Mon syndicat – La Fraternité

La Fraternité est le fruit de l’association entre la Fraternité nationale des charpentiers-menuisiers (Local 9) et la Fraternité nationale des poseurs de systèmes intérieurs, revêtement souple et parqueteurs-sableurs (Local 2366).

Comme affiliée de la FTQ-Construction, la Fraternité jouit d’une très grande autonomie dans ses prises de position et dans son offre de service. En plus de la défense des intérêts de ses membres, elle se donne pour mission de les épauler au travers des démarches administratives.

Aussi, comme l’ensemble des syndicats locaux affiliés à la FTQ-Construction, la Fraternité regroupe les travailleurs selon leurs corps de métier. Cela représente un avantage important pour les membres. En effet, en partageant le même corps de métier, les représentants des travailleurs connaissent très bien la réalité des membres. Ils sont alors mieux outillés pour les représenter et porter leurs revendications.

Finalement, rappelons que le syndicat est l’instrument que se sont donné les travailleurs et les travailleuses pour mieux faire valoir leurs droits.

 Il leur appartient donc de le faire vivre et de s’y impliquer afin de le faire grandir à leur image.

LE RÔLE DU SYNDICAT

SOLIDARITÉ = FORCE = RESPECT = GAINS DANS NOS CONVENTIONS COLLECTIVES

Historiquement, l’action du mouvement syndical a permis plusieurs avancées sociales concrètes. On peut penser, par exemple, à l’instauration du salaire minimum, à la reconnaissance des heures supplémentaires travaillées ou encore à l’instauration des congés parentaux. Dans les dernières années, on remarque une certaine remise en question du rôle des syndicats dans la société.

Le contexte économique a beaucoup changé au cours des dernières années. Souvent, les nouveaux emplois offrent des conditions précaires et sont souvent  des emplois temporaires ou encore à temps partiel. Le discours d’austérité est de plus en plus présent dans l’espace public et le mouvement syndical en paye les frais. Malheureusement, on a souvent tendance à tenir pour acquises les luttes des dernières années et ne pas reconnaître les gains qui ont été faits par le passé.

Le rôle des syndicats doit donc maintenant s’exprimer sur deux axes :
1. La revendication pour améliorer les droits des travailleurs
2. La protection des gains ayant été faits dans le passé.

Action auprès des membres
Au-delà des représentations politiques et des luttes sociales menées par le mouvement syndical, le syndicat joue un rôle très important auprès de ses membres. En effet, en se regroupant, les travailleurs profitent d’un meilleur levier pour améliorer leurs propres conditions de travail lors de la négociation de conventions collectives.

Aussi, le regroupement des travailleurs leur permet d’avoir accès à plusieurs services. Par exemple, les travailleurs peuvent se faire épauler par leurs représentants syndicaux dans différentes démarches administratives :

  • Dossiers d’assurance-emploi;
  • Dossier de CSST et plainte de chantier;
  • Avantages sociaux (ex. réclamation d’assurances);
  • Plainte de salaire;
  • Représentation sur les chantiers;
  • Défense du métier;
  • Organisation de cours de perfectionnement;
  • Aide et préparation pour l’examen de compagnon de votre métier;
  • Dossier de reconnaissance d’heures.

LA MONDIALISATION

Historiquement, le syndicalisme est apparu pour venir établir un rapport de force avec l’employeur. À ses origines, l’objectif est d’assurer des conditions minimales pour les travailleurs, de manière à ce qu’ils puissent vivre de façon décente. Au fil du temps, les gains du mouvement syndical ont permis plusieurs avancées sociales profitables à l’ensemble de la société.

Dans les dernières années, le contexte économique a beaucoup évolué. En effet, graduellement, les frontières économiques ont fini par tomber et les entreprises se retrouvent maintenant dans un contexte de concurrence mondiale. C’est la mondialisation.

Cela pose de nouveaux défis pour le mouvement syndical. En effet, la mondialisation met en concurrence directe les travailleurs syndiqués d’ici avec leurs semblables des pays défavorisés. Ceux-ci, toutefois, ne sont pas syndiqués et sont généralement soumis à des conditions de travail très précaires. Bien sûr, cette situation n’est pas acceptable pour nous.

Les grandes organisations de coopération internationale, syndicales et de manière générale, progressistes, de même que les grandes institutions comme l’Organisation internationale du travail (OIT) réclament la ratification d’ententes intergouvernementales pour mettre fin à cette exploitation éhontée. Elles veulent aussi établir des liens de solidarité entre les organisations et entre les hommes et les femmes travailleuses et travailleurs de tous les pays du monde. Ces ententes, vainement réclamées depuis plusieurs années maintenant, visent à assurer « le respect des droits fondamentaux des travailleurs et (à) prévenir la répression, l’exploitation et la discrimination ».
Voici les réclamations qui sont faites :

  • Droit de s’associer;
  • Droit de former un syndicat et de mandater des représentants;
  • Droit de négocier;
  • Abolition du travail forcé
  • Interdiction de la discrimination dans l’emploi;
  • Salaire égal pour travail de valeur égale;
  • Limitation du travail des enfants.

LA FRATERNITÉ

JURIDICTION DE MÉTIER

Intervention de vos représentants syndicaux pour faire respecter la juridiction des métiers sur les chantiers et pour faire des représentations devant le Commissaire de la construction.

Lisez la description des métiers ici.

FORMATION PROFESSIONNELLE ET CHANGEMENTS TECHNOLOGIQUES

Implication de la Fraternité dans les différents comités de gestion et consultation visant le développement de cours de formation, de perfectionnement et de recyclage afin d’améliorer la compétence du métier et d’aider les travailleurs à maîtriser les changements technologiques.

Organisation de cours, recrutement, rencontre avec les jeunes, recommandation de spécialiste pour l’examen de qualification des métiers, référence de professeur pour différents cours d’apprentissage et de perfectionnement, etc.

NÉGOCIATIONS DES CONVENTIONS COLLECTIVES

Élaboration des demandes pour les clauses particulières aux membres de la Fraternité dans les quatre conventions collectives. La Fraternité participe également au processus de négociation de ces clauses :

  • Consultation des membres avant chaque négociation;
  • Participation à l’élaboration des demandes aux tables centrales;
  • Élaboration et négociation des clauses particulières;
  • Acceptation des conventions collectives par les membres par des assemblées spéciales convoquées a cet effet dans toutes les régions du Québec.

APPLICATION DES CONVENTIONS COLLECTIVES

Intervention sur les chantiers pour voir au respect des conventions collectives, représentation auprès des employeurs pour solutionner des problèmes de relations de travail et de santé sécurité. S’il y a lieu, la Fraternité peut vous accompagner dans vos plaintes auprès des instances suivantes :

  • Commission de la construction du Québec (CCQ);
  • Commission de la santé et de la Sécurité au travail (CSST);
  • Régie du bâtiment (RBQ);
  • Ministère du Revenu du Québec.

La Fraternité vous accompagne dès le moment du dépôt de griefs jusqu’à l’arbitrage pour faire reconnaître vos droits.

LA FRATERNITÉ S’IMPLIQUE: UNE PARTICIPATION ACTIVE AU SEIN DES COMITÉS ACTION MOBILISATION (CAM).

La Fraternité croit que les travailleurs sont plus forts lorsqu’ils sont unis. Ces comités, formés de l’ensemble des représentants et de toutes les sections locales de la FTQ-Construction, visent à donner à tous les travailleurs de la construction une table commune pour solutionner les problèmes régionaux.

Cette table de discussion permet de solutionner des problèmes vécus sur les chantiers et toutes autres formes de problèmes régionaux.

LES MEMBRES

La Fraternité, c’est plus de 24 000 travailleurs au Québec, soit environ 21 000 à la section locale 9 et 3 200 à la section locale 2366.

 Ces membres sont la force de la Fraternité, une force de représentation, de pression, d’expertise et de détermination.

Plusieurs centaines parmi ses membres ont d’ailleurs choisi de s’impliquer activement comme délégué, dans les différents comités, les conseils régionaux, afin de représenter leurs confrères dans chacun de leur milieu respectif.

Les autres participent en assistant aux assemblées ou participent en respectant les mots d’ordres donnés par la Fraternité.

POURQUOI SE SYNDIQUER?

MAIS DE NOS JOURS, LES SYNDICATS SONT-ILS ENCORE NÉCESSAIRES?

Plus de 40 % de la main-d’oeuvre québécoise est syndiquée et ce taux fluctue très peu d’année en année. Comparativement au Canada et aux États-Unis, c’est au Québec que les travailleurs et les travailleuses sont le plus fortement syndiqués. 
Les gens continuent de se syndiquer pour quatre raisons principales :

  • Le respect et la justice : Ne plus être à la merci d’un patron qui peut prendre des décisions sur un coup de tête ou qui peut faire preuve de favoritisme.
  • Le salaire et les conditions de travail : Avoir de meilleurs salaires pour améliorer sa qualité de vie.
  • La protection contre les congédiements : 
Avoir une protection au travail et ne plus avoir peur de perdre son emploi pour toutes sortes de raisons.
  • La santé et la sécurité : 
Empêcher que les travailleurs soient obligés de travailler dans des conditions dangereuses.

STRUCTURE DE LA FRATERNITÉ

La Fraternité, est le fruit de l’association entre :

  • La Fraternité nationale des charpentiers-menuisiers (section locale 9);
  • La Fraternité nationale des poseurs de systèmes intérieurs, revêtements souples et parqueteurs-sableurs (section locale 2366).

Les deux sections locales partagent certaines ressources administratives, mais ont chacune leur structure distincte et fonctionne 
comme ceci :

ASSEMBLÉE DES MEMBRES

L’objectif des assemblées est d’informer les membres sur tout ce qui concerne la construction (conventions collectives, lois, chantiers, activités sociales, orientations de la Fraternité, etc.). Aussi, les assemblées font office de tribune démocratique où les membres peuvent s’exprimer sur tous les sujets convenus à l’ordre du jour et, surtout, leur permettre de faire des recommandations sur le fonctionnement de la Fraternité. Finalement, les membres peuvent y exercer leur droit de vote sur les conventions collectives, les grèves, les élections, etc.

Il y a des assemblés dans les 14 régions du Québec. Vous pouvez consulter ici la liste des prochaines assemblées.

CONSEIL RÉGIONAL

Le Conseil régional est élu aux 3 ans par les membres, dans leur région respective. Cette instance sert à représenter les membres de la région à l’intérieur de la structure de la Fraternité dans les conseils généraux et aux congrès.
Chaque région a son conseil régional (un président, un ou des vice-président(s), un secrétaire) qui s’occupe des dossiers régionaux : ex: assemblée régionale, club social, préparation et tenue de l’assemblée générale, etc.

CONSEIL EXÉCUTIF

La section local 9 ainsi que la section locale 2366 compte chacun un exécutif composé de cinq (5) personnes et gèrent les dossiers qui sont de nature provinciale.

CONSEIL D’ADMINISTRATION

Il compte sept (7) personnes provenant de la Fraternité, dont cinq (5) de la section locale 9 et deux (2) de la section locale 2366.

CONSEIL GÉNÉRAL

Chaque section locale a son Conseil général. Il s’agit de l’instance décisionnelle qui réunit les conseils régionaux et qui décide des orientations entre les congrès. Ils se réunissent deux (2) fois par année.

CONSEIL GÉNÉRAL MIXTE

Le Conseil général mixte incorpore les conseils généraux des deux sections locales pour toutes prises de décisions communes.

CONGRÈS

Les grandes orientations et les différentes politiques générales de notre syndicat sont déterminées en congrès. Ces derniers ont lieu à intervalles déterminés, soit tous les trois (3) ans et regroupent des délégués de chaque région.

Les délégués peuvent élaborer des politiques et des moyens d’action propres à la réalité québécoise. C’est donc dire que ce sont les membres qui décident des orientations que doit suivre la Fraternité.

CONGRÈS MIXTES

Le congrès mixte permet aux deux sections locales de s’unir pour l’élaboration commune de politiques et de moyens d’actions propres à la réalité québécoise.

LES SERVICES DE LA FRATERNITÉ

La réputation de la Fraternité en ce qui a trait à la qualité de ses services n’est plus à faire. Elle se démarque entre autres, par le soutien qu’elle vous offre dans vos diverses démarches.
Cliquez sur les liens suivant pour en apprendre plus sur les services offerts par la Fraternité :

La cotisation

UNE COTISATION COMPARABLE, MAIS AVEC PLUS DE SERVICES

UNE COTISATION ABORDABLE :

La cotisation syndicale est de cinquante pour cent (50 %) d’une heure travaillée, plus 0,035 $ par heure travaillée.

DES SERVICES SUPÉRIEURS :

Les services dont se sont dotés les membres de la Fraternité sont complets. Ils couvrent l’ensemble des événements qui peuvent se produire dans le milieu du travail. Ces services sont sans égal.

UNIQUE : L’ACCÈS À UN FONDS DE DÉFENSE PROFESSIONNELLE :

Un fonds de défense professionnelle a été constitué afin de permettre le versement de certaines indemnités lors d’une grève ou d’un lock-out. Un montant de 60 $ par jour est versé aux membres qui participent à des moyens de pression. S’il y a lieu, leurs repas et leurs dépenses de transport sont également remboursés. Peu de sections locales ont un tel fonds.